Agadir: Le drame du camping International d'Agadir( géré par DAHBI BRAHIM)

Publié le par attac

Allongé sur son lit d'hôpital, un tuyau dans le nez, Abdelkrim Dalamoni, un des clients victimes du drame qu'a vécu le camping d'Agadir tout dernièrement (www. leconomiste.com), se remet doucement de sa blessure. Il a été le premier à être attaqué par le forcené. Rappelons que ce dernier s'était introduit dans les lieux en enjambant le mur du camping où il a blessé à l'arme blanche sept personnes avant de se donner la mort.
C'est un peu par hasard qu'Abdelkrim Dalamoni, agent de sécurité depuis peu dans un hôtel de la ville, était présent ce soir-là dans le bar du camping. "Un lieu où il avait l'habitude de se rendre auparavant pour se détendre, mais où il n'avait pas mis les pieds depuis longtemps'', raconte-t-il. "Cette nuit-là, il était arrivé au bar vers 00h45, un peu avant l'agresseur'', précise-t-il. Alors qu'il prenait un verre accoudé au comptoir du bar, où étaient présents à ce moment-là une trentaine de personnes, il accusa un coup. "
J'ai pensé sur le moment que c'était un copain qui voulait me jouer un tour car je n'ai aperçu que les pieds et les jambes de l'homme chaussé d'espadrilles et habillé d'un jean'', poursuit-il. Il n'a pris conscience que quelques secondes plus tard qu'il avait été poignardé au ventre, d'où le sang coulait abondamment. Une main posée sur son ventre, mu par un instinct de survie, il s'est alors engouffré dans un taxi qui l'a transporté à l'hôpital. Pendant ce temps, l'auteur du drame continuait à attaquer les gens sans être arrêté
. "Il était de taille moyenne et d'une grande agilité'', le décrit l'un des serveurs du bar, une autre victime. Selon le corps médical, sur les sept agressés (deux femmes et cinq hommes), trois sont déjà sortis de l'hôpital. Les quatre autres sont toujours sous surveillance médicale et l'un d'entre eux est en réanimation. Poignardés tous les quatre au ventre, ce qui a causé une hémorragie interne, ils ont subi une opération chirurgicale. Selon l'un des médecins traitants, leur guérison est en bonne voie. En attendant, le personnel du camping continuent à venir les voir régulièrement et les soutenir. Au camping .De son côté, la Sûreté nationale poursuit son enquête. L'auteur du drame, identifié sous le nom de Mohamed Agouirar, âgé de 23 ans, était un habitant de Dcheïra, sans profession, et vivait chez ses parents. Contacté par L'Economiste, Mohamed Modarrir, préfet de police du Grand Agadir, se veut rassurant. Il souligne que le drame survenu est un cas isolé dans la ville. Sur le casier judiciaire de l'agresseur et les motifs de son acte, il ne se prononce pas pour le moment.

 Malika ALAMI

 

 

http://archives.leconomiste.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans monsieurle1ministre

Commenter cet article